18 février 2022

L’épicerie

Pour (re)découvrir l’ambiance d’une épicerie ancienne, écoutez le témoignage de Madame Lefret à propos de son épicerie-bureau de tabac.

 

Trois marques emblématiques 

LU

Tout commença en 1846 quand Jean-Romain Lefèvre fut engagé dans une pâtisserie nantaise et rencontra sa future épouse Pauline-Isabelle Utile. Ils décident de racheter la pâtisserie pour en faire une fabrique de biscuits. Leur fils Louis Lefèvre-Utile va faire perdurer l’entreprise. Il change l’emballage avec différents modèles de boîtes métalliques (tramway, panier, malle). C’est en 1886 que Louis crée son biscuit le plus connu : le petit-beurre. Après des moments difficiles dans l’entre-deux guerres et une fermeture momentanée, l’entreprise va s’associer avec d’autres pour rester sur le marché, cela annonce la fin d’une histoire familiale. 

 

Kub

Julius Maggi, fondateur de la marque du même nom, invente, à la fin du XIXe siècle, le bouillon KUB. Ce produit, « comble de l’art culinaire », connaît un grand succès dés ses débuts. Maggi se fait connaître en devenant fournisseur de l’armée française et en offrant un bol de bouillon aux visiteurs de l’exposition universelle de 1900. Avec un prix attractif, 0,10F pour un litre de bouillon, le produit devient indispensable dans les cuisines. Malgré cela, la marque fut montrée du doigt, durant la Grande Guerre, à cause de son nom à consonance trop allemande. Les ingénieurs sont soupçonnés d’espionnage, les produits seraient empoisonnés et les plaques publicitaires contiendraient des codes marquant la position de points stratégiques. Les bureaux furent saccagés, les panneaux détachés. Après cela, un bandeau bleu blanc rouge apparaît sur les boîtes pour redorer l’image de la marque. Après guerre, Maggi et ses produits ont retrouvé leur place sur la table des Français.

Banania 

Le journaliste Pierre-François Lardet découvre, lors d’un voyage au Nicaragua, une recette de boisson chocolatée. Après avoir travaillé avec un ami pharmacien, il crée la recette du Banania en 1912. Le produit sera beaucoup utilisé lors de la première guerre mondiale. C’est d’ailleurs à la suite de cet événement que le créateur décide d’afficher un tirailleur sénégalais comme égérie du produit, ceux-ci combattant pour la France durant la Grande Guerre. Cette image mais aussi son slogan vont créer de nombreuses polémiques dès les années 40. C’est Léopold Sédar Senghor qui sera le premier à parler de discrimination quant à cette image. Par la suite, de nombreuses associations antiracistes vont suivre le mouvement.